Société Française des Infirmier(e)s Anesthésistes
Accueil du siteOlympiadeMatériel
Dernière mise à jour :
samedi 27 mai 2017
Statistiques éditoriales :
526 Articles
1229 Brèves
Aucun site
145 Auteurs

Statistiques des visites :
360 aujourd'hui
1250 hier
2380706 depuis le début
   
Brèves
Rapport relatif aux moyens mis en œuvre par l’État pour lutter contre le terrorisme depuis le 7 janvier 2015
mardi 12 juillet

RAPPORT FAIT AU NOM DE LA COMMISSION D’ENQUÊTE relative aux moyens mis en œuvre par l’État pour lutter contre le terrorisme depuis le 7 janvier 2015 M. Georges FENECH Président - M. SÉBASTIEN PIETRASANTA Rapporteur

JPEG

PDF - 6.4 Mo
RAPPORT FAIT AU NOM DE LA COMMISSION D’ENQUÊTE relative aux moyens mis en œuvre par l’État pour lutter contre le terrorisme depuis le 7 janvier 2015 M. Georges FENECH Président-M. SÉBASTIEN PIETRASANTA Rapporteur

Le rapport présente 434 pages sur les attentats en France en 2015. Et mille pages d’annexes (les auditions).

Parmi les points mis en évidence, le document met clairement en lumière les "ratés " qui ont permis aux terroristes de Paris d’échapper à la surveillance. Ils étaient pourtant connus, à un titre ou un autre, des services judiciaires, pénitentiaires ou de renseignement. Tous avaient été fichés, contrôlés, écoutés ou incarcérés, à un moment de leur parcours de la délinquance à la radicalisation violente.

Voici les principaux constats de la commission :

Pour la création d’une "agence de lutte contre le terrorisme"

Pour éviter de nouvelles attaques, la commission prône notamment la création d’une "agence nationale de lutte contre le terrorisme" placée directement sous l’autorité du Premier ministre, sur le modèle américain du Centre national antiterroriste (NTC) créée après le 11 septembre 2001.

La nécessité de fusionner les trois forces d’élite

Le soir du 13 novembre, "l’intervention des forces d’intervention a été rapide, efficace et a démontré qu’elles étaient capables de collaborer", estime le rapporteur, le député socialiste Sébastien Pietrasanta qui s’interroge toutefois sur "le bien-fondé du maintien de plusieurs forces d’intervention spécialisées" et préconise, à terme, "la fusion des trois forces d’élite" (GIGN, Raid et BRI).

Pas gagné d’avance à mon avis.

Pour la création de "colonnes d’extraction" des victimes

Le principal problème, selon la commission, a été l’évacuation des victimes, qui a pu être retardée par le fait que les secours d’urgence n’avaient pas accès au périmètre des forces d’intervention. Dans ses 39 propositions, la commission préconise ainsi l’instauration de "colonnes d’extraction" des victimes.

L’échec du renseignement

Pour la création d’une agence nationale du renseignement

Des failles dans le renseignement pénitentiaire

L’attaque du Bataclan n’aurait pas pu être évitée

Des doutes sur l’efficacité des dispositifs de sécurisation du territoire

— -

Pour ceux qui voudraient lire les retex, ils sont disponibles sur l’article Les plaies par arme à feu - balistique des armes à feu

A lire Les rapports, les référentiels sur les services d’urgence

AB

 
Matos news 3
vendredi 24 juin

JPEG

Les moniteurs de la douleur dont disposent les anesthésistes depuis 2010 surveillent le diamètre de la pupille de l’œil ou la fréquence cardiaque. «  Leur faiblesse vient du fait qu’ils sont basés sur un seul paramètre. L’avantage du nouveau moniteur que nous étudions est qu’il est multiparamétrique  ». Le système nerveux autonome et le système hormonal de l’organisme réagissent aux stimuli douloureux par divers mécanismes qui induisent des changements mesurables.

PNG

Le nouveau moniteur dénommé PMD 200 (pain monitoring device) est équipé d’une technologie mise au point par la compagnie Medasense Biometrics Ltd. en Israël. Il se compose d’une petite sonde que l’on pince au bout du doigt du patient. Cette sonde est munie de quatre capteurs. L’un d’entre eux enregistre une courbe de pléthysmographie, qui décrit les variations du volume sanguin au moyen d’une mesure de la pulsatilité des capillaires, ces petits vaisseaux entre les artères et les veines. À chaque battement cardiaque se produit une onde de pulsatilité dans les capillaires. Cette onde de pulsatilité permet de calculer la variabilité de la fréquence cardiaque.

JPEG

Ce nouveau dispositif surveille continuellement ces paramètres physiologiques qui sont affectés par les stimuli douloureux et par l’administration d’analgésiques. Un algorithme mathématique analyse ces données physiologiques et les convertit en temps réel en un index de douleur appelé Nol (pour nociception level index). Les valeurs de cet index sont représentées sur une échelle de 0 à 100. Une valeur entre 0 et 10 signifie que le patient ne ressent pas de douleur et qu’on peut même alléger un peu les doses d’analgésiques. Une valeur entre 10 et 25 est idéale. Et une valeur dépassant 25 signifie que le patient est en douleur et qu’il faut augmenter les doses.

Lire la suite sur le forum

- Le site medasense

- Les articles sur la douleur

  • Douleur (le point de vue juridique)

AB

 
Matos news 2
samedi 21 mai

JPEG

Le laboratoire Dräger publie une alerte sur le remplissage des cuves de desflurane avec le produit du laboratoire Baxter.

PDF - 140.7 ko
Mesures de précaution au remplissage des cuves de desflurane Dräger

A lire et à diffuser autour de nous.

AB

 
Organisation de l’anesthésie-réanimation obstétricale (recommandations SFAR)
jeudi 4 février

Nouvelle recommandation SFAR..

Les IADE ayant participé au référentiel ont eu quelques difficultés semblerait-il...

PDF - 1 Mo
Organisation de l’anesthésie-réanimation obstétricale (recommandations SFAR)

Les autres recommandations de la SFAR

— -

Analyse de la sinistralité en anesthésie réanimation obstétricale dans les hôpitaux publics français : données SHAM 2007–2014

Laurie Tran1, Michel Carles1, Frederic Fuz2, Marc Raucoules1, Patrick Niccolai3, Isabelle Rouquette-Vincenti3, Alexandre Theissen3

  • 1 Pôle anesthésie-réanimation, CHU de Nice, Nice, France
  • 2 SHAM, Lyon, France
  • 3 Pôle anesthésie-réanimation, CHPG, Monaco

Available online 10 November 2015

Introduction

La mortalité maternelle et périnatale ainsi que les séquelles neurologiques des nouveaux-nés restent les principaux motifs de réclamations en contexte obstétrical aux États-Unis [1] et en France [2]. Nous présentons les motifs de réclamations en anesthésie obstétricale en France à partir des déclarations SHAM (1er assureur des établissements de santé), entre 2007 et 2014.

Matériel et méthodes

Étude rétrospective des dossiers de sinistres SHAM entre 2007 et 2014 réglés soit par voie amiable, soit par l’intermédiaire de la CRCI, soit par voie judiciaire.

Résultats

L’anesthésie obstétricale est impliquée dans 99 dossiers sur 3083 sinistres en obstétrique soit 3,2 %. Seuls 4 % des sinistres impliquaient la personne physique, les autres sinistres impliquant l’établissement public soit 81 % (dont 1/3 de CHU et 2/3 de CHG) et privé soit 14 %. Concernant les circonstances cliniques, pour 2 patientes il s’agissait d’une IVG, pour les autres dans 61 % des cas un accouchement par voie basse et dans 39 % des cas une césarienne (d’emblée ou conversion).

Le type d’anesthésie initiale était une APD dans 75 % des cas, une rachianesthésie dans 20 % des cas, une AG dans 3 % des cas et aucune anesthésie chez une parturiente ; le type d’anesthésie concerné par la plainte était l’ALR dans 93 % des cas et l’AG dans 7 % des cas (due donc dans la moitié de ces cas à une AG 2aire à l’ALR). Les réclamations concernant l’ALR étaient en relation avec des complications survenues dans 42 % des cas lors de la pose et dans 81 % des cas pendant l’hospitalisation (> 100 % car signalements cumulés).

Parmi les complications de l’ALR à la pose de type échec ou brèche, 12 cas ont nécessité une AG avec IOT (dont un cas d’arrêt respiratoire sur brèche à la pose de l’APD et un hématome sous dural aigu à j2) ; de plus une AG s’est compliquée d’un choc anaphylactique (succinylcholine) et inhalation sur IOT difficile, avec séquelles neurologiques.

Les réclamations après AG de 1re intention (pas d’ALR) sont liées à deux chocs anaphylactiques dont l’un avec décès et l’autre avec séquelles neurologiques (1 IVG et 1 césarienne respectivement), et une réclamation pour douleur périnéale dans le 3e cas (IVG). En fin d’expertise, 54 séquelles neurologiques (allant de la monoparésie au coma végétatif), 2 décès, 6 préjudices moraux et 37 conséquences autres ont été retenues. Seuls 2 dossiers sur 99 ont fait l’objet d’une condamnation civile, les autres ayant été réglé soit à l’amiable soit ayant fait l’objet d’une indemnisation par l’intermédiaire de la CRCI.

Discussion

Les complications en obstétrique faisant l’objet d’une déclaration de sinistre concernent peu fréquemment l’anesthésie. Les conséquences de l’ALR sont au premier plan et le recours à l’AG secondairement reste une source supplémentaire de complications. Il faut noter le faible nombre de condamnations par rapport à la gravité des préjudices, lié à une information appropriée et tracée ainsi qu’à l’absence de faute médicale patente (aléa thérapeutique).

Auteur correspondant.

Copyright © 2015 Published by Elsevier Masson SAS

AB

 
Matos news
mardi 26 janvier

JPEG

Lames de laryngoscopes – GlideScope GVL et AVL réutilisables - Verathon - Rappel de produits

L’ANSM a été informée de la mise en œuvre d’un retrait de lot effectué par la société VERATHON MEDICAL ULC.

Les utilisateurs concernés ont reçu le courrier ci-joint

PDF - 144.7 ko
Lettre de rappel Laryngospcope Verathon (20 janvier 2016)

Cette action de sécurité est enregistrée à l’ANSM sous le n° 201516152 .

Vous pourrez consulter son état d’avancement sur le Répertoire des signalements de matériovigilance en entrant ce n° d’enregistrement.

AB

 
Articles publiés dans cette rubrique
jeudi 27 octobre 2016
par Arnaud Bassez
Oxymètrie de pouls
Yves Benisty nous propose une mise à jour sur l’oxymètre de pouls. Oxymètre de pouls. Yves Benisty A lire comme ses autres publications. Si vous avez compris la valeur de la publication pour la profession, ce site est fait pour ça. Arnaud BASSEZ IADE/enseignant CESU Administrateur

lire la suite de l'article
dimanche 8 novembre 2015
par Arnaud Bassez
Le système ClearSight ou la pression artérielle non sanglante
Il n’y a aucun conflit d’intérêt dans la présentation du matériel. Le Système Clear Sight est un système de monitorage de la pression artérielle sanglante non invasif. Par analogie avec celle de la courbe de pression artérielle, l’analyse de la courbe de photo-pléthysmographie d’un doigt au moyen d’une manchette à pression miniaturisée et de LED infrarouges permet d’évaluer le débit cardiaque. Les trois composantes vasculaires de la compliance, de l’impédance et de la résistance périphérique sont estimées (...)

lire la suite de l'article
mercredi 18 mars 2015
par Arnaud Bassez
Revue de matériel mars 2015
Petit florilège de ce qui me semble intéressant en terme de matériel. APAD Moniteur de localisation de l’espace péridural L’APAD est un moniteur portable révolutionnaire permettant de localiser l’espace péridural au moyen d’un signal sonore et d’un écran de visualisation. Ce dispositif permet la mesure de la pression dans un tube d’extension entre l’aiguille péridurale et la seringue placée dans une pompe. La pression générée est convertie en un signal acoustique correspondant et visible sous forme de (...)

lire la suite de l'article
jeudi 26 septembre 2013
par Arnaud Bassez
SFAR 2013, les nouveautés
Petite revue des nouveautés qui offrent un intérêt pour la spécialité et notre exercice professionnel. (article totalement subjectif, car basé sur les goûts de l’auteur). Il n’y a aucun conflit d’intérêt dans la présentation de ces produits ou articles. Incompatibilités chimiques au cours d’une perfusion D’après les communications du dr Caroline Fonzo-Criste (pharmacie des hôpitaux Universitaires de Genève, HUG Genève) du Pr Bertrand Décaudin (pharmacien PU-PH Lille) du pr Bertrand Debaene (CHU de (...)

lire la suite de l'article
jeudi 7 février 2013
par Arnaud Bassez
Oxymétrie cérébrale ou NIRS (Near-infrared spectroscopy)
(d’après le dossier innovation euro-pharmat-etsad) L’oxymétrie cérébrale est une modalité de surveillance neurologique développée dans les années 1970 pour la chirurgie cardiaque adulte et pédiatrique mais dont les champs d’applications s’étendent actuellement en chirurgie non cardiaque en cardiologie, en réanimation, en traumatologie, en neurologie et en neuro -chirurgie. La technologie utilisée ressemble à celle de l’oxymétrie de pouls, mais elle est appliquée au cerveau et le chiffre de saturation (...)

lire la suite de l'article
dimanche 25 novembre 2012
par Arnaud Bassez
Le respirateur en anesthésie
Élément incontournable de notre exercice professionnel, le respirateur doit faire l’objet de toute notre attention. Très souvent, l’IADE est expert de ce matériel qu’il maîtrise parfaitement. Raison de plus pour aider les étudiants à rejoindre leurs aînés dans ce domaine. Un topo sur le respirateur en smur et sur la capnie en médecine d’urgence Un très bon travail sur le contrôle qualité des ventilateurs d’anesthésie En relation L’aide inspiratoire comme mode de ventilation en anesthésie La pollution (...)

lire la suite de l'article
dimanche 1er avril 2012
par Arnaud Bassez
Le vigileo
Le moniteur Vigileo™ permet la mesure en continu du débit cardiaque à partir de l’analyse de l’onde de pouls. Il reporte les valeurs de l’index cardiaque (IC), du volume d’éjection (VE) indexé et de la variation du volume d’éjection (VVE) ; relié à un cathéter veineux central d’oxymétrie, il permet la mesure en continu de la saturation veineuse centrale en oxygène (ScvO2 ). Le système vigileo (Drs Lebuffe, Costecalde, Valllet) Vigileo la solution pour le monitorage (...)

lire la suite de l'article
lundi 13 juin 2011
par Arnaud Bassez
Via Dolorosa : Analgesia Nociception Index
ANI
La société metroDoloris propose l’interprétation de la douleur par une corrélation de l’espace R-R de l’ECG à la stimulation du parasympathique : l’A.N.I (Analgesia Nociception Index) La surveillance de l’ANI au cours de l’AIVOC permet d’anticiper les épisodes de réactivité hémodynamique liés à une balance analgésie/nociception inadéquate. de titrer les besoins réels du patient en morphiniques avant l’incision. En fonction des courbes et des chiffres donnés, le praticien (MAR et/ou IADE) peut influer sur le (...)

lire la suite de l'article
dimanche 12 juin 2011
par Arnaud Bassez
Le chariot d’urgence
En l’absence du médecin, l’infirmier décide des gestes à pratiquer en attendant que puisse intervenir le médecin. Décret n° 2004-802 du 29 juillet 2004 relatif aux parties IV et V (dispositions réglementaires) du code de la santé publique et modifiant certaines dispositions de ce code Article R. 4311-9 L’infirmier ou l’infirmière est habilité à accomplir sur prescription médicale écrite, qualitative et quantitative, datée et signée, les actes et soins suivants, à condition qu’un médecin puisse intervenir (...)

lire la suite de l'article
mardi 30 mars 2010
par Arnaud Bassez
Feuille d’anesthésie informatisée
A l’heure du numérique, il serait grand temps que l’hôpital s’équipe de système informatisant totalement le dossier du patient, afin d’éviter d’avoir à disposition un dossier s’apparentant à une archive du Vatican. Cela faciliterait son transport et sa consultation, entre un examen manquant, ou hors du dossier adéquat. De plus la chronologie serait respectée facilement. Enfin, il serait plus que bienvenu que l’hôpital se dote d’unités de stockage de plusieurs centaines de tera octets, dans des unités (...)

lire la suite de l'article
dimanche 28 mars 2010
par Arnaud Bassez
Sirius dépasse les bornes
Le principe des bornes SIRIUS est simple. Le témoin d’un arrêt cardiaque soudain pourra sauver une vie à tout moment, en se saisissant du défibrillateur inclus dans la borne . Celles-ci sont intelligentes", elles préviennent automatiquement les services de secours et de police. Elles sont dotées d’un système de télémaintenance permettant, grâce à une surveillance à distance 24H/24 et 7J/7 du défibrillateur, d’assurer une opérationnalité constante. Sirius est destinée à l’implantation murale en (...)

lire la suite de l'article
mardi 25 août 2009
par Arnaud Bassez
Le cell saver
C’est une technique qui permet de récupérer le sang du patient durant l’intervention chirurgicale, et à le transfuser au patient après lavage et filtration pour ne garder que les globules rouges. Elle est indiquée si la chirurgie est à risque hémorragique estimée à plus de 700 à 800 ml de perte. Elle est contre-indiquée si le sang recueilli est souillé de cellules tumorales (en l’absence de filtre adapté), de phéochromocytome (risque de relargage de catécholamines vaso-actives avec risque d’hyper à-coups (...)

lire la suite de l'article
mardi 16 juin 2009
par Arnaud Bassez
Le BIS (index bi-spectral) & entropie
L’Entropie Moniteur de la fonction cérébrale en anesthésie : BIS, EEG, entropie, potentiels évoqués i conférence power point L’entropie : un moyen d’apprécier le défaut d’analgésie ? E. Dierckensa, M. Fleyfela, E. Robina, A. Legranda, M. Borela, L. Gambierb, B. Valleta and G. Lebuffea, Corresponding Author Contact Information, E-mail The Corresponding Author Clinique d’anesthésie–réanimation, hôpital Huriez, CHRU de Lille, rue Michel-Polonowski, 59037 Lille cedex, France Service de chirurgie digestive (...)

lire la suite de l'article
samedi 7 juin 2008
par Arnaud Bassez
Utilisation et entretien de la sonde d’ ETO
Ce document est un protocole de l’hôpital européen Georges Pompidou, disponible sur le site de l’hôpital.

lire la suite de l'article
mardi 4 décembre 2007
par Arnaud Bassez
monitorage carotide
monitorage carotide

lire la suite de l'article
mardi 4 décembre 2007
par Arnaud Bassez
L’écho-Doppler aortique transœphagien
L’écho-Doppler aortique transœphagien Guide pour l’utilisation du CardioQ ODM et l’interprétation des résultats

lire la suite de l'article
mardi 6 février 2007
par Arnaud Bassez
L’intubation difficile
« Les patients ne meurent pas d’un “échec de l’intubation”. Ils meurent, soit du défaut de cesser d’essayer d’intuber soit de l’intubation œsophagienne non diagnostiquée ». Scott, DB intubation endotrachéale :. Ami ou ennemi Br Med J (Clin Res Ed). 18 janvier 1986 ; 292 (6514) :157-8. Dernière actualisation : 7 mars 2016 Les expériences d’intubation chez l’animal sont anciennes : dès 1542, la technique était décrite par Brassalva et Vesale chez le mouton. Les premières intubations trachéales chez (...)

lire la suite de l'article
lundi 5 février 2007
par Arnaud Bassez
Défibrillateur semi-automatique ou entièrement automatique
Article réactualisé : 30 mars 2017 HISTORIQUE DE LA DÉFIBRILLATION SEMI-AUTOMATIQUE 1899 1er essais réussis de défibrillation sur l’animal (Prevost et Batelli). 1933 Défibrillation sur l’animal (Hooker Kouwenhoven). 1947 1ère défibrillation humaine au cours d’une intervention chirurgicale (Beck). 1956 1ère défibrillation externe chez l’homme (Zoll). 1962 France : L’utilisation des défibrillateurs est strictement réservée au personnel médical (Circulaire du 6 janvier (...)

lire la suite de l'article
mardi 24 octobre 2006
par Arnaud Bassez
Pacemaker - Capnographie.
Le pacemaker Un code international a été établi selon les différents modes de stimulation cardiaque. Le site de stimulation est défini par la première lettre : A pour l’oreillette, V pour le ventricule, D pour les deux cavités Le site de détection est défini par la deuxième lettre, d’après le même code que précédemment ; Le mode de fonctionnement est défini par la troisième lettre : I pour inhiber, T pour déclencher D pour les deux. Un stimulateur cardiaque qui entraîne une impulsion (...)

lire la suite de l'article