Société Française des Infirmier(e)s Anesthésistes
Accueil du site
Dernière mise à jour :
jeudi 7 septembre 2017
Statistiques éditoriales :
527 Articles
1238 Brèves
Aucun site
145 Auteurs

Statistiques des visites :
1185 aujourd'hui
1994 hier
2601297 depuis le début
   
Brèves
Arrêt cardiaque, lecture continue
jeudi 7 septembre

JPEG

Retrouvez les articles sur l’arrêt cardiaque dans l’article dédié aux dernières recommandations 2015-2020.

JPEG

Les quatre derniers articles intéressants de la semaine sont aussi sur le forum.

  • La question de la fréquence optimale de la ventilation pendant la réanimation cardio-respiratoire
  • Les femmes moins performantes pour une réanimation cardiopulmonaire
  • Un an après l’ECMO, comment vont-ils ?
  • Le SAOS protégerait le cerveau en cas d’arrêt cardiaque

Bonne lecture

— -

En relation

JPEG

AB

 
Point d’org
dimanche 3 septembre

GIF

Le site SOFIA va changer d’appellation dans les jours suivants.

De .org il deviendra .fr

Ceci en vue d’une migration des données de notre hébergeur medicalistes, vers un serveur sécurisé SSL et au débit plus important.

La navigation devrait s’en trouver améliorée nettement.

La redirection se fera automatiquement. Cela ne change rien au site ni à son aspect.

Seul le référencement sur les moteurs de recherche prendra un peu de temps. Il se peut aussi que temporairement, le temps du passage, le site soit figé.

Merci donc à médicalistes pour la qualité de sa plateforme, qui depuis 11 ans nous héberge gratuitement, faut-il encore le dire.

GIF

AB

 
Rapport sur le système d’alerte et d’information des populations
mardi 29 août

Le système d’alerte et d’information des populations : un dispositif indispensable fragilisé par un manque d’ambition.

Rapport d’information n° 595 de M. Jean Pierre VOGEL, fait au nom de la commission des finances

PDF - 1013.4 ko
Le système d’alerte et d’information des populations. Un dispositif indispensable fragilisé par un manque d’ambition (7 août 2017). Rapport d’information numéro 595 de Mr JP VOGEL, fait au nom de la commission des finances

Le système d’alerte et d’information des populations (SAIP), initié en 2009 par le ministère de l’intérieur, vise à mettre en en réseau les différents vecteurs d’alerte disponibles en cas d’événement grave justifiant d’alerter la population (attentat, catastrophe naturelle ou industrielle, etc). Il repose sur une application smartphone lancée en 2016 ainsi que sur un réseau de 2 830 sirènes qui devrait, d’ici 2020, en compter plus de 5 000 et constituer le « principal vecteur de l’alerte ».

Le volet « sirènes » concentre près de 80 pourcents des crédits prévus sur un financement de 44,7 millions échelonné de 2012 à 2019 (36,8 millions d’euros restant à planifier à partir de 2020), alors même que leur impact apparaît beaucoup plus faible que celui de la téléphonie mobile, qui ne bénéficie pourtant que de 11 pourcents des crédits consommés ou prévus pour ce projet. Les sirènes ne sont ainsi quasiment jamais utilisées dans d’autres contextes que ceux des essais hebdomadaires.

Le volet « téléphonie mobile » est marqué par des revirements qui ont conduit à revoir fortement à la baisse ses ambitions initiales. Alors qu’une technologie permettant de diffuser un message sur l’ensemble des téléphones mobiles présents sur une zone d’alerte était initialement privilégiée, elle a été a été remplacée, en 2015, par le développement d’une application smartphone (nommée SAIP) en libre téléchargement.

Partant de ces constats, Jean Pierre Vogel, rapporteur spécial du programme « Sécurité civile » de la mission « Sécurités » formule six recommandations visant à faire du SAIP un moyen efficace et fiable de diffusion de l’alerte.

source senat.fr

En savoir plus

  • i.ade les applications smartphones.

AB

 
Nunc est bibendum
vendredi 25 août

JPEG

Le CHU de Bordeaux est de nouveau en tête du palmarès des hôpitaux établi par le Point. Il est suivi par le CHU de Toulouse, tandis que celui de Lille perd une place. La Pitié-Salpêtrière à la sixième place (en baisse) est le premier établissement de l’Assistance publique-hôpitaux de Paris.

JPEG

Du côté des cliniques, c’est encore et ce depuis huit ans le Centre Hospitalier Privé Saint Grégoire à Rennes en Ille et Vilaine (groupe Vivalto Santé) qui est en tête, devant un autre établissement de Lyon.

JPEG

Encore et toujours, seul un guide des blouses blanches serait pertinent. Celui fait de l’intérieur, par des professionnels.

JPEG

Mais pourrait-on être objectif ? Et éthiquement parlant, que faire vis-à-vis du devoir de réserve des professionnels du secteur public ?

JPEG

AB

 
Caen 2017
vendredi 4 août

Le congrès de Caen se tiendra le 7 octobre pour cette 28ème édition.

Le programme et l’inscription pour ce congrès IADE fortement recommandable.

PDF - 3.3 Mo
Congrès Caen 2017 le programme

AB

 
Médical on vous dit !
vendredi 8 février

La SFAR répond à un courrier sur les ALR et les IADE, par le truchement des Pr Benhamou et Beaussier.

Inutile de préciser l’interprétation orientée des éminences grises...

PDF - 65.5 ko
Réponse du Comité Vie Professionnelle concernant la réalisation d’actes d’anesthésie loco-régionale par les IADE

et de rappeler que de l’autre côté de l’atlantique, les IADE (CRNA) pratiquent les AG, ALR (péri et rachi), blocs plexiques, sedations et locales (The licensed CRNA is authorized to deliver comprehensive anesthesia care under the particular Nurse Practice Act of each state. Their anesthesia practice consists of all accepted anesthetic techniques including general, epidural, spinal, peripheral nerve block, sedation, or local.) sans aucune présence ou supervision médicale, dans un pays connu pour être procédurier.

JPEG

En 2005, 14 états américains autorisent les CNRA à exercer en "opt-out". Sans contrôle médical. (An analysis of Medicare data for 1999-2005 finds no evidence that opting out of the oversight requirement resulted in increased inpatient deaths or complications. Based on our findings, we recommend that CMS allow certified registered nurse anesthetists in every state to work without the supervision of a surgeon or anesthesiologist. ©2010 Project HOPE - The People-to-People Health Foundation, Inc. )

Le tout pour un salaire de l’ordre de 127 964 € annuel en 2011, soit 171 000 $. (130 957 euros annuels soit 175 000$ en 2010).

Étrangement, il n’y a pas plus de problème avec ce personnel non médical.*

Il ne m’est pas venu aux oreilles, une surmortalité anesthésique américaine...Mais, sans doute, cette publication ne doit pas être recevable par nos éminences universitaires de la SFAR, elles qui sont pourtant friandes des publications outre atlantique.

L’étude No Harm Found When Nurse Anesthetists Work Without Supervision By Physicians démontre la sureté des IADE américains.

L’opposition avec Harm Can Be Found When Nurse Anesthetists Work Without Supervision est puérile est ne préjuge en rien de l’efficacité supérieure du médecin, car rien ne dit que la patiente n’aurait pas eu les mêmes réactions en sa présence. (Présence qu’il faudrait saluer, car en général, le MAR est d’humeur vadrouilleuse, bavarde et à fort tropisme cafeinique. L’anesthésie en wi-fi dite aussi anesthésie de couloir est largement pratiquée par nos cadors de la seringue pilotée à distance...)

Harm Can Be Found When Nurse Anesthetists Work Without Supervision

  • Brian A. Tunell, Imaging Repair Specialist
  • Good Samaritan Regional Medical Center

Although the majority of nurse anesthetists do their best to provide quality service to patients, there are those situations where an anesthesiologist needs to be nearby. Case in point, a pregnant woman in Washington State went into the hospital for an emergency c-section, and a nurse anesthetist was attending. The patient was not fully anesthetized, and consequently awoke during the procedure. There was no anesthesiologist present, so an overhead page was sent out for one. The patient was in severe distress, and reportedly has difficulty sleeping, among other psychological issues, to this day.

Had an anesthesiologist been supervising, this may not have happened. This was only one case, out of how many ?

Published September 10, 2010

PNG

Depuis cet article, rien n’a vraiment changé sous le ciel de la SFAR.

Nos PU-PH s’arrogent toujours le droit de se prendre pour un juge. « Au delà de différences sémantiques entre appliquer et pratiquer »... Ne serait-ce point là, exercice illégal de la profession de magistrat que d’interpréter les textes sans aucune qualification ni reconnaissance légale ?

PNG

Pour autant, prétendre que les IADE n’apprennent pas la loco-régionale est faux, puisque diplômé en janvier 1992, j’ai été formé à cette technique et avoue avoir pratiqué rachianesthésie, bloc sciatique et axillaire. Le tout dans une parfaite sécurité que je n’aurais d’ailleurs négligé à aucun prix. Et pour un résultat tout à fait efficient. (pardon de cette immodestie).

En fait, nous avons dans les blocs opératoires, des IADE à “3 vitesses”

  • Ceux qui ont été formés à la technique des ALR et les ont pratiquées
  • Ceux qui ont été formés après 2001 et ne les ont pas apprises.
  • Ceux qui sont formés depuis septembre 2012.

Mais dire qu’il faille un médecin qualifié pour faire l’acte c’est se moquer ouvertement des gens, car quid de l’interne de 1er semestre à qui le mar tend l’aiguille de rachi ? En dehors de vite prévoir l’atropine pour l’interne, les ligaments inter épineux, ligament jaune, méninges, espace sous dural, sous arachnoïdien sont également parfaitement connus des IADE.

« La relation entre un patient et son médecin comporte un versant contractuel en exercice libéral : la réalisation de l’acte par un IADE entre en contradiction avec le contrat qui conduit au versement d’honoraires. Si le fait d’en informer le patient ne libère pas le praticien de ses obligations, le fait de ne pas l’informer que l’acte ne sera pas réalisé par un médecin qualifié est constitutif en soi d’une faute. »

Car il va de soi, dans les cliniques de la thune et du bonheur, que tous les patients sont prévenus que c’est un IADE qui pratiquera (ou appliquera ?) l’acte d’anesthésie pour les endoscopies, les liftings, les prothèses de hanche, les varices, le digestif... Main sur le cœur, on le jure. Le patient est prévenu !

JPEG

*Brian Dulisse and Jerry Cromwell No Harm Found When Nurse Anesthetists Work Without Supervision By Physicians HEALTH AFFAIRS 29, NO. 8 (2010) : 1469–1475 doi : 10.1377/hlthaff.2008.0966

PDF - 92.8 ko
No Harm Found When Nurse Anesthetists Work Without Supervision By Physicians (Brian Dulisse and Jerry Cromwell) HEALTH AFFAIRS 29, NO. 8 (2010) : 1469–1475 doi : 10.1377/hlthaff.2008.0966

Pas de nuisance retrouvée quand l’IADE (américain) travaille sans la supervision du médecin.

AB

IADUS SIMPLEX

 

Toutes les brèves du site