Société Française des Infirmier(e)s Anesthésistes
Accueil du site
Dernière mise à jour :
jeudi 7 septembre 2017
Statistiques éditoriales :
527 Articles
1238 Brèves
Aucun site
145 Auteurs

Statistiques des visites :
1185 aujourd'hui
1994 hier
2601297 depuis le début
   
Brèves
Arrêt cardiaque, lecture continue
jeudi 7 septembre

JPEG

Retrouvez les articles sur l’arrêt cardiaque dans l’article dédié aux dernières recommandations 2015-2020.

JPEG

Les quatre derniers articles intéressants de la semaine sont aussi sur le forum.

  • La question de la fréquence optimale de la ventilation pendant la réanimation cardio-respiratoire
  • Les femmes moins performantes pour une réanimation cardiopulmonaire
  • Un an après l’ECMO, comment vont-ils ?
  • Le SAOS protégerait le cerveau en cas d’arrêt cardiaque

Bonne lecture

— -

En relation

JPEG

AB

 
Point d’org
dimanche 3 septembre

GIF

Le site SOFIA va changer d’appellation dans les jours suivants.

De .org il deviendra .fr

Ceci en vue d’une migration des données de notre hébergeur medicalistes, vers un serveur sécurisé SSL et au débit plus important.

La navigation devrait s’en trouver améliorée nettement.

La redirection se fera automatiquement. Cela ne change rien au site ni à son aspect.

Seul le référencement sur les moteurs de recherche prendra un peu de temps. Il se peut aussi que temporairement, le temps du passage, le site soit figé.

Merci donc à médicalistes pour la qualité de sa plateforme, qui depuis 11 ans nous héberge gratuitement, faut-il encore le dire.

GIF

AB

 
Rapport sur le système d’alerte et d’information des populations
mardi 29 août

Le système d’alerte et d’information des populations : un dispositif indispensable fragilisé par un manque d’ambition.

Rapport d’information n° 595 de M. Jean Pierre VOGEL, fait au nom de la commission des finances

PDF - 1013.4 ko
Le système d’alerte et d’information des populations. Un dispositif indispensable fragilisé par un manque d’ambition (7 août 2017). Rapport d’information numéro 595 de Mr JP VOGEL, fait au nom de la commission des finances

Le système d’alerte et d’information des populations (SAIP), initié en 2009 par le ministère de l’intérieur, vise à mettre en en réseau les différents vecteurs d’alerte disponibles en cas d’événement grave justifiant d’alerter la population (attentat, catastrophe naturelle ou industrielle, etc). Il repose sur une application smartphone lancée en 2016 ainsi que sur un réseau de 2 830 sirènes qui devrait, d’ici 2020, en compter plus de 5 000 et constituer le « principal vecteur de l’alerte ».

Le volet « sirènes » concentre près de 80 pourcents des crédits prévus sur un financement de 44,7 millions échelonné de 2012 à 2019 (36,8 millions d’euros restant à planifier à partir de 2020), alors même que leur impact apparaît beaucoup plus faible que celui de la téléphonie mobile, qui ne bénéficie pourtant que de 11 pourcents des crédits consommés ou prévus pour ce projet. Les sirènes ne sont ainsi quasiment jamais utilisées dans d’autres contextes que ceux des essais hebdomadaires.

Le volet « téléphonie mobile » est marqué par des revirements qui ont conduit à revoir fortement à la baisse ses ambitions initiales. Alors qu’une technologie permettant de diffuser un message sur l’ensemble des téléphones mobiles présents sur une zone d’alerte était initialement privilégiée, elle a été a été remplacée, en 2015, par le développement d’une application smartphone (nommée SAIP) en libre téléchargement.

Partant de ces constats, Jean Pierre Vogel, rapporteur spécial du programme « Sécurité civile » de la mission « Sécurités » formule six recommandations visant à faire du SAIP un moyen efficace et fiable de diffusion de l’alerte.

source senat.fr

En savoir plus

  • i.ade les applications smartphones.

AB

 
Nunc est bibendum
vendredi 25 août

JPEG

Le CHU de Bordeaux est de nouveau en tête du palmarès des hôpitaux établi par le Point. Il est suivi par le CHU de Toulouse, tandis que celui de Lille perd une place. La Pitié-Salpêtrière à la sixième place (en baisse) est le premier établissement de l’Assistance publique-hôpitaux de Paris.

JPEG

Du côté des cliniques, c’est encore et ce depuis huit ans le Centre Hospitalier Privé Saint Grégoire à Rennes en Ille et Vilaine (groupe Vivalto Santé) qui est en tête, devant un autre établissement de Lyon.

JPEG

Encore et toujours, seul un guide des blouses blanches serait pertinent. Celui fait de l’intérieur, par des professionnels.

JPEG

Mais pourrait-on être objectif ? Et éthiquement parlant, que faire vis-à-vis du devoir de réserve des professionnels du secteur public ?

JPEG

AB

 
Caen 2017
vendredi 4 août

Le congrès de Caen se tiendra le 7 octobre pour cette 28ème édition.

Le programme et l’inscription pour ce congrès IADE fortement recommandable.

PDF - 3.3 Mo
Congrès Caen 2017 le programme

AB

 
Men in bloc
samedi 24 novembre

Oh et gazes à tous les étages.

L’assurance-maladie, trois syndicats de médecins libéraux (CSMF, SML et MG France) et les organismes complémentaires (UNOCAM) ont officiellement paraphé l’avenant 8 de la convention médicale. Ce texte encadre les dépassements d’honoraires et prévoit une revalorisation du secteur I. Il entrera en application vraisemblablement en début d’année prochaine.

AVENANT n8 Projet

PDF - 808.3 ko
Avenant n°8

Pour autant, les membres du BLOC qui avaient signés, sont revenus sur leur signature et iront garer leur BMW ou leur Audi, pour aller défiler le 2 décembre prochain à Paris, du Sénat à la Mutualité française.

JPEG

L’ensemble des professions de santé est appelé à rejoindre le cortège, qui protestera à la fois contre “les menaces pour la survie de l’exercice libéral” contenues dans l’avenant N° 8, réformant la pratique des honoraires libres et limitant à 2.5 fois le tarif de la sécurité sociale, soit 70 euros. Et la proposition de loi sur les réseaux de soins mutualistes, examinée la semaine prochaine par l’Assemblée nationale après avoir été largement amendée en commission des affaires sociales.

Pour le BLOC, cette proposition de loi, qui autoriserait les mutuelles à conventionner des professions de santé et proposerait des bonus de remboursements aux patients qui consultent ces professionnels, “va peser sur le libre choix des patients” et pourrait dégrader l’accès aux soins.

Plusieurs syndicats ou associations de professionnels de santé libéraux (FMF, UFML, l’association Soins coordonnés, des biologistes, radiologues, des internes et chefs de clinique notamment) ont d’ores et déjà répondu à l’appel du BLOC pour cette quatrième grande manifestation parisienne.

Défilé depuis le Sénat jusqu’à la Mutualité française (rue de Vaugirard) – départ à 14h00.

"On ne défend pas nos dépassements, on est là pour nos patients, pour qu’ils puissent choisir librement leurs médecins".

On se demande comment, quand il faut débourser des sommes extravagantes pour avoir accès à un ponte de l’art chirurgical.

On voit tout de suite que nos amis du bistouri défendent chèrement (sic !) leur porte-monnaie. “Dégrader l’accès aux soins ?” Surement en refusant des patients qui ne pourront s’offrir l’accès aux grands pontes, parce que ceux-ci refuseront d’être conventionnés par les mutuelles de santé.

Il est à noter que ce sont aussi les PUPH qui dégradent cet accès. Car leur mission première, dans le secteur public, est bel et bien de s’occuper de patients publics ! pas de les "droper" vers les chefs de clinique ou les internes. Mais il parait que si le privé n’était pas autorisé à l’hôpital, les grands gourous partiraient dans le privé.

Chiche !

Qu’ils y aillent. Encore une fois il n’est pas certain qu’ils y retrouvent toutes leurs conditions plus que favorables que celles qu’ils ont dans le public (service à leur botte, cadre infirmier au même endroit, personnel disponible, planning opératoire à la carte, anesthésie payée par l’hôpital (personnel, médicaments, matériels, sspi...) et les astreintes qui permettent de couvrir les fins de programme parce que les patients privés sont passés en premier, et qu’il faut bien que les chefs de clinique opèrent ceux du public.

Les passants des boulevards parisiens auront donc le grand loisir d’entendre à nouveau des chirurgiens se plaindre qu’ils gagnent autant qu’un pilote de ligne. Mais « bon quand même...ça ne suffit pas ».

JPEG

Voici ce que gagnent des pilotes de ligne :

  • Qatar Airways (bloc de 70 heures de vol/mois) Captain 7800€ - Copilote 5600€ (sans oublier de nombreux avantages dans la plupart des cas, assurances, mutuelle ...)
  • Emirates (bloc entre 83 et 92 heures de vol/mois) Captain 6800€ - Copilote 4800€ (sans oublier de nombreux avantages dans la plupart des cas, assurances, mutuelle ...)
  • Air France - KLM (/mois) Captain en fin de carrière 15.000€ - Copilote 3500€
  • EasyJet (uk) (/an) Captain £85,000 soit 95.700€ - Copilote £40,700 soit 45.800€ (17 weeks of 5 earlies/3 days off/5 lates/4 days off followed by 4 weeks random roster/
  • GoAir (india) (/an) $90,000 - $118,000 USD + overtime pay Tax free
  • Monarch (/an) Capt base GBP65,689 - FO base GBP48,487

Source :pilotjobsnetwork.com

Les praticiens du privé gagnent pourtant déjà bien leur vie, selon l’INSEE :

  • 11.400 euros/mois en moyenne pour les chirurgiens
  • 12.400 euros/mois pour les radiologues
  • 16.000 euros/mois pour les anesthésistes-réanimateurs libéraux (plus de 31.000 euros pour les 25% les plus payés).

JPEG

Réservé aux praticiens travaillant en secteur 2, le dépassement est passé en moyenne de 25 % à 54 % du tarif de base de la Sécurité sociale entre 1990 et 2010. Une enquête du Monde avait néanmoins montré que ces taux pouvaient atteindre parfois 4 à 5 fois le tarif de base.

Si les chirurgiens se lavent les mains, c’est pour ne pas faire comme Jean-Paul Sartre et les avoir sales. Toutefois, à la vue des chiffres, on ne peut s’empêcher d’avoir la nausée.

JPEG

AB

 

Toutes les brèves du site