Société Française des Infirmier(e)s Anesthésistes
Accueil du site
Dernière mise à jour :
samedi 15 juillet 2017
Statistiques éditoriales :
527 Articles
1232 Brèves
Aucun site
145 Auteurs

Statistiques des visites :
299 aujourd'hui
1670 hier
2470812 depuis le début
   
Brèves
Intubation or not ? That is the question
jeudi 22 juin

PNG

A lire l’article sur le forum et sur l’article dédié à la prise en charge de l’arrêt cardiaque.

L’intubation serait plus délétère que la ventilation simple. A lire avec des réserves toutefois, comme souvent.

à gauche ou à droite ce garçon est trop fort... :-) {JPEG} à gauche ou à droite ce garçon est trop fort... :-) {JPEG}

AB

 
Enquête sur la gestion des alarmes des dispositifs médicaux
jeudi 22 juin

mail reçu à la SOFIA

Madame, Monsieur,

Je vous informe que l’ANSM mène des travaux sur la gestion des alarmes des dispositifs médicaux.

Dans le cadre de la matériovigilance, l’ANSM enregistre un nombre important de signalements d’incidents ou risque d’incidents liés à des dysfonctionnements d’alarmes de dispositifs médicaux. Ces signalements concernent principalement les moniteurs de surveillance cardio-respiratoires, les centrales de surveillance, et les ventilateurs de réanimation et représentent un risque important et parfois vital pour le patient. L’analyse des signalements sur les dispositifs de monitorage montre qu’une part importante de ces cas est liée aux conditions d’utilisation, et non à une défaillance technique du matériel.

En 2005, l’Afssaps avait publié des recommandations sur l’utilisation des systèmes de monitorage cardio-respiratoire, invitant les services à choisir un paramétrage des alarmes adapté, validé et procéduré. Cependant, au cours des 10 années suivantes, le nombre global de signalements en matériovigilance concernant des dysfonctionnements d’alarme n’a pas baissé, avec une moyenne annuelle d’une centaine de cas rapportés.

Par ailleurs, le développement de nouvelles technologies permettant le report des alarmes (de la chambre du patient vers des centrales, ou des terminaux mobiles) et la concentration des alarmes (regroupement des alarmes de différents dispositifs sur un dispositif ou un terminal tiers) a conduit l’ANSM à estimer qu’il est opportun d’actualiser ces recommandations.

Dans le cadre ces travaux, l’ANSM réalise une enquête auprès de services utilisateurs. L’objectif de cette enquête est notamment de recueillir des informations sur la gestion des alarmes, et d’identifier les solutions déployées et leur pertinence.

L’enquête sera réalisée auprès de 3 services dans chaque établissement de santé interrogé :

o Un service critique (soins intensifs, réanimation ou surveillance continue),

o soit un bloc opératoire soit les urgences

o un service médical moins critique au choix.

L’enquête sera menée en juillet par les correspondants régionaux de matério-réacto vigilance (CRMRV) dans les 5 grandes régions qui en sont dotées, via les correspondants locaux de matériovigilance (CLMV) des établissements de leur région, via le formulaire ci-joint.

PDF - 117.8 ko
Enquête établissements de santé Projet 20 juin 2017

La collaboration de vos adhérents est indispensable au recueil de réponses pertinentes à cette enquête. Aussi, je vous remercie de bien vouloir transmettre cette information à vos adhérents.

Nous ne manquerons pas de vous tenir informés des suites données à cette enquête.

Bien cordialement,

  • Hélène MARTIN
  • évaluateur contrôle de conformité
  • direction des dispositifs médicaux de diagnostic et des plateaux techniques
  • Equipe Dispositifs médicaux de bloc opératoire et de soins intensifs (DMBLOC)

Tél. : 01.55.87.35.86 Fax : 01.55.87.37.42

Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé 143/147 bld Anatole France F-93285 Saint-Denis cedex

www.ansm.sante.fr

AB

 
Édition 2017 des recommandations sanitaires pour les voyageurs
jeudi 8 juin

Anti-moustiques, fièvre jaune, vaccins...

GIF

Le BEH (bulletin épidémiologique hebdomadaire) du 6 juin publie l’édition 2017 des recommandations sanitaires pour les voyageurs.

Comme chaque année, ce document élaboré par le Comité des maladies liées aux voyages et des maladies d’importation (CMVI) dresse un ensemble de préconisations visant à préserver la santé des français qui voyagent hors de métropole ou à l’étranger. Ces recommandations s’appliquent avant, pendant et après le séjour.

Elles se déclinent autours des principales thématiques : les vaccinations, le paludisme, la protection contre les insectes vecteurs, les risques liés à l’alimentation, les autres risques.

Cette année, les auteurs soulignent la nécessité de rester vigilants face aux maladies infectieuses vectorielles, notamment Zika, la dengue et la fièvre jaune.

Concernant la fièvre jaune, la carte du Brésil où cette maladie sévit et où par conséquent la vaccination est recommandée, a été actualisée.

PDF - 1.4 Mo
Recommandations sanitaires pour les voyageurs 2017

Pour prévenir la transmission de ces viroses, la protection contre les vecteurs (moustiques Aedes et Culex) est indispensable, en particulier avec des moustiquaires..

Les auteurs ont également pris en compte les difficultés d’approvisionnement rencontrées pour certains vaccins. Pour la vaccination contre l’hépatite B par exemple, les auteurs rappellent que les voyageurs ne sont pas prioritaires.

A lire l’article vidal.fr sous forme de pdf.

PDF - 578.6 ko
Anti-moustiques, fièvre jaune, vaccins... édition 2017 des recommandations sanitaires pour les voyageurs

AB

 
ANCESU 2017
samedi 27 mai

Le XXVIIème colloque national des CESU se tient à La cité - centre de Congrès de Nantes les 6, 7 et 8 décembre 2017.

JPEG

Le thème de ce nouveau colloque 2017 sera "Oser pour enseigner".

En savoir plus sur l’afgsu et le cesu

AB

 
Mapar 2017
lundi 22 mai
PDF - 137.3 ko
35e MAPAR 2017, denrière édition ’classique’ avant LE grand tournant

A lire les anciens MAPAR et les autres congrès

AB

 
La pelle médicale
vendredi 13 mai

Où comment l’appel médical se prend un râteau avec des chiffres qui ne correspondent pas à la réalité de l’exercice des titulaires.

Combien gagnent les infirmiers et les aides-soignants… Nouveau baromètre sur les salaires de la santé

JPEG

L’agence d’intérim Appel médical, filiale du groupe Randstad France, vient de publier son cinquième baromètre des évolutions de salaires de la santé de 2010 à 2015.

Cette étude est basée sur les salaires réels d’intérimaires, constatés sur plus de 500 000 contrats de mission. Les intérimaires sont payés au même niveau que les salariés titulaires, « ce qui garantit une bonne représentativité », explique l’agence. Les congés payés, indemnités de fin de mission et les primes n’ont pas été pris en compte.

Depuis 2010, la profession dont la rémunération a le plus évolué est le préparateur en pharmacie, dont le salaire a augmenté de 12 %, pour atteindre 1 967 euros brut. Une hausse expliquée par les nombreux départs à la retraite et la baisse des jeunes diplômés, selon Appel médical.

Un seul salaire stagne, c’est celui des IADE (infirmières anesthésistes), qui baisse de 0,7 %, à 3 718 euros brut. Cette évolution « atone  », est due à « la rémunération à la baisse dans le public ». Malgré cette légère baisse, c’est le plus haut salaire parmi les professions étudiées.

Des professions pas toutes logées à la même enseigne

Les IADE sont suivies de près par les pharmaciens, dont le salaire s’élève à 3 417 euros brut mensuels, soit 6 points de plus qu’il y a 5 ans, malgré «  des contraintes économiques fortes », précise l’étude.

La troisième place revient aux infirmiers de bloc opératoire (IBODE), dont le salaire passe à 3 222 euros en 2015. Viennent ensuite les kinésithérapeutes avec en moyenne 2 635 euros mensuels en 2015. Les infirmiers non spécialisés sont cinquièmes du classement, avec 2 198 euros en moyenne. Parmi les salaires les plus bas, on retrouve les aides-soignants en exercice, qui gagnent 1 717 euros par mois, soit 5 % de plus qu’en 2010.

« Ce baromètre montre que sur les cinq dernières années, toutes les professions n’ont pas été logées à la même enseigne. Sans doute y a-t-il la matière à réflexion pour répondre aux pénuries qui touchent certains métiers », analyse Christophe Bougeard, directeur général de l’Appel médical.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

§§§

Des salaires bruts. Il faut le souligner. Pour des intérimaires. Nous sommes donc loin de la réalité de la fonction publique et du point d’indice qui stagne depuis 2010, et qui se verra enfin revalorisé de 0,6% en juillet 2016 puis de 0,6% en février 2017. (Les élections approchent...).

Il ne faudrait pas que les lecteurs pensent que les IADE, aristocrates de la profession infirmière, roulent sur l’or. Cet article véhicule de fausses vérités, ce qui est un comble lorsqu’on se veut scientifique.

En parallèle,

  • En Suisse, la grille salariale de l’association suisse des infirmières (pour le canton de Vaud) indique un salaire qui varie entre 5 000 FS et 6 000 FS (5397 euros) (avec spécialisation) pour des semaines de 42 heures et un coût de la vie nettement plus cher qu’en France.
  • Les IADE américaines gagnent 15000 euros par mois en moyenne. Avec une pointe à 20055 euros par exemple... De quoi faire de beaux rêves. Sans propofol...

AB

 

Toutes les brèves du site