Société Française des Infirmier(e)s Anesthésistes
Accueil du site
Dernière mise à jour :
dimanche 23 avril 2017
Statistiques éditoriales :
526 Articles
1224 Brèves
Aucun site
145 Auteurs

Statistiques des visites :
43 aujourd'hui
1784 hier
2329311 depuis le début
   
Brèves
La pelle médicale (le retour)
dimanche 23 avril

Déjà évoqué ici le 16 mai 2016, le nouveau baromètre sur les salaires de la santé est publié.

L’agence d’intérim Appel Médical* vient de publier son nouveau baromètre – le sixième – des évolutions de salaires de la santé de 2015 à 2016.

Ce baromètre s’appuie sur les salaires réels d’intérimaires payés au même niveau que les salariés permanents (611 712 fiches de paie) de six grandes familles de métiers* et 13 fonctions paramédicales (congés payés, indemnités de fin de mission et primes variables non prises en compte).

Suivis par les aides médico-psychologiques (métiers du soin et de l’assistance), dont le salaire a augmenté de 3,1 %, ce sont, selon l’étude, les professionnels du handicap qui ont le mieux tiré leur épingle du jeu. De 2015 à 2016, la fiche de paie des éducateurs spécialisés (métiers du handicap) a progressé de 3,8 % pour s’établir en moyenne à 2 022 euros bruts mensuels contre 1 949 euros en 2015. Il s’agit de la plus forte hausse de salaire, tous métiers confondus. L’étude indique que les structures associatives qui composent le secteur du handicap sont moins impactées par les coupes budgétaires que les établissements de santé.

Les infirmiers anesthésistes (IADE), avec un salaire moyen de 3 808 euros bruts mensuel en moyenne, en hausse de 2,4 % sur un an, sont quant à eux les professionnels de santé les mieux rémunérés en 2016.

« Loin d’être logés tous à la même enseigne »

En bas de l’échelle des salaires figurent les agents de service hospitalier, dont la rémunération moyenne de 1 548 euros bruts mensuels en 2016 n’a progressé que de 0,5 % par rapport à 2015.

Les infirmiers de bloc opératoire (IBODE) et les techniciens de laboratoire d’analyses médicales ont enregistré chacun, une baisse de leur rémunération moyenne de 1,4 % en 2016 par rapport à 2015.

Ce baromètre « révèle que les professionnels de santé sont loin d’être logés à la même enseigne. Sans doute y a-t-il là quelques pistes pour répondre aux pénuries qui touchent certains métiers », déclare Christophe Bougeard, directeur général d’Appel Médical.

* Appel Médical est une agence d’intérim, filiale du groupe Randstad France qui intervient dans les secteurs hospitaliers....

** Soin et assistance, bloc opératoire, petite enfance, pharmacie et laboratoire d’analyses médicales, rééducation et handicap. Des métiers qui se déclinent au féminin comme au masculin.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

§§§

Encore une fois, tournons-nous vers les USA et regardons combien gagnent les CRNA :

Une infirmière anesthésiste (CRNA) gagne un salaire moyen de 138 568 $ par année.

  1. Avec une fourchette de $94,249 - $183,233, soit 88103 euros à 171 276 euros/ an, ou 7341 euros à 14273 euros /mois
  2. Bonus $1,004 - $15,116 (soit 938 euros à 14 130 euros.)
  3. Profit Sharing $1,973 - $20,273 (soit 1844 euros à 18951 euros)
  4. Commission $8,000 (soit 7478 euros)

Et voila comment on reconnait les compétences là bas.

Intéressé(e) ?

JPEG

AB

 
Hypnoveille vs hypnowell
mercredi 19 avril

Exécutions controversées en Arkansas, faute de médication adéquate

En 10 jours, huit hommes vont être exécutés en Arkansas avant le 1er mai 2017. Une cadence sans précédent qui a une raison assez inattendue : les produits de l’injection létale arrivent à date d’expiration.

PNG

Le midazolam est le premier de trois médicaments administrés pour la mise à mort de prisonniers par injections létales.

« Ce calendrier d’exécution est inhumain. L’Arkansas veut tuer le plus de condamnés à mort avant que le midazolam n’expire », affirme Robert Dunham du Centre d’information sur la peine de mort.

Le midazolam doit, en principe, rendre inconscient le condamné et l’empêcher de souffrir comme s’il était sous anesthésie.

Dans un communiqué publié vendredi, le gouverneur a reconnu que la planification rapide des exécutions, la cadence la plus effrénée de l’histoire récente des Etats-Unis, avait une explication beaucoup plus rationnelle : l’un des trois médicaments nécessaires au cocktail létal pourrait ne plus être disponible dans le futur. Et les fonctionnaires de l’Etat ont annoncé que les stocks de midazolam atteignaient leur date d’expiration en avril.

Le midazolam, un sédatif aux propriétés amnésiantes et anticonvulsantes, a été pointé du doigt ces dernières années pour son implication dans plusieurs injections ratées dans d’autres Etats américains.

De nombreuses firmes pharmaceutiques, notamment européennes, ne veulent plus approvisionner les prisons en produits utilisés pour les exécutions. Des Etats ont donc recours au midazolam, qui n’est pas un anesthésiant, au sein d’un protocole de trois produits permettant d’endormir, paralyser puis exécuter le condamné.

source LCI & ici.radio-canada

Rappelons le "protocole" retenu par les états américains qui utilisent l’injection létale :

  • pentothal
  • pancuronium
  • chlorure de potassium

JPEG

AB

 
Médecins de demain
samedi 15 avril

Internat : 7 700 étudiants affectés à l’issue des premières épreuves classantes nationales informatisées

Environ 94,7 % des postes d’internes ont été pourvus à l’issue des épreuves classantes nationales informatisées (ECNi) de juin 2016, selon une étude publiée par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees).

Dans son bilan annuel des affectations en troisième cycle des études de médecine (TCEM), la Drees note que 7 681 étudiants ont obtenu un poste d’interne, pour 8 044 postes offerts. « Cette promotion est moins nombreuse qu’attendu », relève la Drees, soulignant que 8 477 étudiants avaient été affectés en 2015 (+7,8 %) sur 8 783 postes ouverts (+7,2 %), soit un taux d’affectation de 96,2 %.

La Drees considère en effet que la mise en place programmée de la procédure informatisée des ECN en 2016 et la perspective de composer dans un format inédit a pu inciter davantage d’étudiants de 6e année à se présenter dès 2015, ou dissuader certains étudiants de redoubler leur 6e année ou d’invalider leur 2e cycle en 2015 (28 contre 167 en 2014), des pratiques observées auparavant pour accroître ses chances d’améliorer sa place au classement et donc ses capacités de choix de spécialité et de subdivision.

La Drees souligne que le nombre de candidats a doublé depuis la mise en place des ECN en 2004, passant de 3 879 à 8 481 en 2016, dynamique qui résulte de la hausse du numerus clausus, « des flux croissants d’étudiants à diplôme européen participant aux ECN » et de « la création des filières d’admission dites "passerelles" en 2e ou 3e année. »

Rééquilibrage entre médecine générale et autres spécialités

En 2016, la médecine générale propose le plus grand nombre de postes : 3 749, soit 47 % des postes ouverts. Depuis 2012, les postes de médecine générale représentent moins de la moitié des postes ouverts, mais représentent une part constante de postes pourvus (autour de 45 %). Viennent ensuite la psychiatrie (506) et l’anesthésie-réanimation (460).

Choix des spécialités

En 2016, les 2 157 premiers classés (29 %) ont pu choisir leur spécialité. Entre la médiane et le 67e centile du classement, l’éventail des spécialités se resserre vite avec 14 des 30 spécialités pourvues. Tous les étudiants ont cependant le choix entre cinq spécialités pour lesquelles des postes demeurent vacants, à savoir : la médecine générale, la médecine du travail, la santé publique, la psychiatrie et la biologie médicale, comme lors des années précédentes.

La première discipline dont les postes sont pourvus le plus rapidement est l’ophtalmologie (137 postes), devant la néphrologie (85), la médecine interne (128), la cardiologie (199), le radiodiagnostic et l’imagerie médicale (260), la dermatologie (91), la neurologie (121), l’oto-rhino-laryngologie et chirurgie cervico-faciale (78), l’oncologie (122), la gastro-entérologie (130) et l’anesthésie-réanimation (454). Les spécialités les plus prisées sont pour l’essentiel des spécialités médicales, qui figurent « parmi les plus rémunératrices », comme l’observe la Drees

Distinction selon le sexe et l’âge

La Drees observe que 55 % des internes sont des femmes en 2016 (contre 59 % en 2014 et 2013, 60 % en 2012). Elles choisissent en priorité la médecine générale, l’anesthésie et réanimation, la pédiatrie, la radiologie et la dermatologie, alors que les hommes privilégient d’abord l’anesthésie-réanimation, puis la radiologie, la cardiologie et enfin la chirurgie générale.

L’âge moyen des étudiants affectés à l’issue des ECN s’élève à 25 ans et augmente avec le rang de classement. De ce fait, les étudiants qui accèdent aux spécialités les plus prisées sont en général plus jeunes que la moyenne (24 ans).

Changement de subdivision

En 2016, plus de la moitié des étudiants (53 %) ont pris un poste dans une subdivision autre que celle où ils ont effectué leur deuxième cycle. Pour le tiers des étudiants affectés à l’issue des ECN, cette mobilité est choisie, selon la Drees. « Ce choix peut être lié à l’attrait de la région ou du mode d’enseignement de la spécialité », explique-t-elle.

À l’inverse, 20 % des étudiants ont opté pour une spécialité qui n’était plus disponible dans leur subdivision d’origine, ce qui peut s’interpréter comme une « contrainte », selon la Drees. Les subdivisions les plus attractives sont Nantes, Lyon, Montpellier, Rennes, Bordeaux, Toulouse et Paris. Elles pourvoient presque toutes leurs postes tandis que Limoges, Poitiers, Besançon, Amiens « peinent à attirer les étudiants », en pourvoyant seulement 85 % à 95 % des postes ouverts.

PDF - 542.7 ko
Etudes et résultats. Affectation des étudiants en médecine en 2016 DREES).

source : lessentiel-anesthesie-reanimation.fr

Pour ceux qui veulent connaitre l’état des lieux chez les MAR spécifiquement :

PDF - 138.3 ko
La démographie des anesthésistes-réanimateurs. (Pontone-Brouard)

AB

 
Salaire moyen. Très moyen...
vendredi 31 mars

L’INSEE publie un rapport sur les salaires dans la fonction publique hospitalière

En 2014, le salaire net moyen augmente de 0,3 % en euros constants.

  • En 2014, 1,2 million de personnes sont salariées dans la fonction publique hospitalière
  • Tous contrats confondus, le salaire moyen perçu dans la FPH en 2014 est de 2 225 euros nets par mois, soit 0,3 % de plus qu’en 2013
  • À grade et statut donnés, la hausse du salaire moyen est de 0,6 %
  • Un salarié perçoit en moyenne 2 283 € nets dans les hôpitaux et 1 801 euros dans les établissements médico-sociaux
  • En 2014, le salaire net moyen des fonctionnaires dans la FPH augmente de 0,5 % en euros constants
  • Le salaire net moyen augmente de 1,2 % pour les C, baisse de 0,4 % pour les B, est stable pour les A
  • Le salaire net des médecins est stable, celui des autres contractuels augmente de 0,8 %. Les médecins représentent 7,8% des effectifs dans les hôpitaux. Le salaire net moyen est de 5 366 €
  • Les disparités salariales se réduisent légèrement
  • En 2014, les femmes perçoivent en moyenne 20,9 % de moins que les hommes
  • Pour les salariés en place chez le même employeur en 2013 et en 2014, le salaire net moyen progresse de 1,5 %
  • La contribution positive de la RMPP à l’évolution du salaire moyen contraste avec celles, négatives, des salaires des autres groupes
PDF - 1 Mo
Les salaires dans la fonction publique hospitalière. INSEE mars 2017

En complément

PDF - 140.2 ko
Fonction publique chiffres clés 2015

A lire

- Rémunération IDE/IADE

- Comment lire sa fiche de paie ?

AB

 
Secours expo 2017 les Podcasts
jeudi 30 mars

Le salon secours expo 2017 s’est tenu les 8-9 & 10 février derniers.

Les podcasts des conférences sont disponibles sur le site secoursmag.

— -

- A lire

Histoire de la médecine d’urgence

Histoire de la médecine de catastrophe

Le secourisme

Le premier massage cardiaque de l’Histoire

AB

 
Jiade

Journées des Infirmier(e)s Anesthesiste Diplômé d’Etat : les congrès, les formations. GIF

 
Olympiade

Les compléments de la connaissance sous toutes leurs formes PNG

 
Jérémiade

Contactez la SOFIA JPEG

 
Naiade

Réagir à un article, un livre professionnel, une décision, décrire et parler d’un nouveau matériel, nous décrire une expérience...

(vous devez être inscrit comme auteur ou envoyer votre document sous votre patronyme) GIF

 
Anchoiade

Réponse aux questions et partenariat GIF

 
Riade

Parce que le rire est le propre de l’homme, et qu’une journée sans rire est une journée perdue GIF

 
Universiade

Espace publication. Tous vos TIP et vos DIU.

La méthodologie médicale pour écrire des articles, des abstracts, faire une recherche à des fins de publication.

Les cours pour les étudiants en anesthésie

Les annales pour entrer dans le Graal anesthésique

Comment devenir IADE

GIF

 
Fusillade

Tous les documents de la lutte IADE JPEG

 
i.ade

Les applications pour smartphones.

JPEG

 
Articles les plus récents
dimanche 4 décembre 2016
par Arnaud Bassez
AFISAR 2016
Le vendredi 2 décembre, l’afisar tenait sa 25e journée d’enseignement, au cinéma Gaumont à Euro Disney. Deux salles nous étaient dédiées, pour une projection de l’anesthésie en 2016. Passé les contrôles d’aéroport du parc américain, le congrès s’est fait attendre jusqu’à 9 h, suite à quelques petits soucis techniques. Il en fut de même pour l’atelier de simulation pédiatrie où les intervenants sont arrivés en retard, et l’atelier pose de voies veineuses sous échographie, était en peine de nous donner les (...)

lire la suite de l'article
dimanche 20 novembre 2016
par Arnaud Bassez
Le damage control
Ce concept fait référence à la technique de la Marine Américaine au cours de la seconde guerre mondiale pour désigner « la capacité d’un navire à contrôler des dommages subis et à poursuivre sa mission pour rentrer au port » (Masquelet, 2013[1]). (USS Cole after al-Qaeda suicide attack. US Navy Photo) Appliqué au milieu médical, ce concept désigne la capacité à mettre en œuvre des actions pour assurer la survie d’un patient en maîtrisant les hémorragies et le risque infectieux. Le concept de Damage (...)

lire la suite de l'article
jeudi 27 octobre 2016
par Arnaud Bassez
Oxymètrie de pouls
Yves Benisty nous propose une mise à jour sur l’oxymètre de pouls. Oxymètre de pouls. Yves Benisty A lire comme ses autres publications. Si vous avez compris la valeur de la publication pour la profession, ce site est fait pour ça. Arnaud BASSEZ IADE/enseignant CESU Administrateur

lire la suite de l'article
samedi 22 octobre 2016
par Arnaud Bassez
Faites ce que je dis, et pas ce que je fais
La communication adaptée au patient au bloc opératoire
La communication envers le patient, au bloc opératoire, est essentielle. Souvent, parce que le patient est stressé, dans l’inconnu, entouré de professionnels en tenue de bloc, masqués, dans un environnement de haute technicité, froid, peu accueillant, et qui représente le "saint des saints" de l’hôpital. Alors que l’intervention chirurgicale est assez peu verbalisée par le patient, l’anesthésie est régulièrement une source d’angoisse, de terreur, de mystère et de peur. La fameuse peur de ne pas se (...)

lire la suite de l'article
samedi 22 octobre 2016
par Arnaud Bassez
The sound of silence
Top des phrases chirurgicales et médicales. Où on devrait tourner plusieurs notre langue dans notre bouche, avant que de l’ouvrir. Prenez un patient lambda (stressé donc). Allongez-le sur une table d’opération. Conduisez-le dans une salle froide, entouré par du personnel masqué. Vous voulez rire ? pas sûr que ça fonctionne sur lui... "On va mettre ça de côté. On en aura besoin pour l’autopsie." "Accepte ce sacrifice, O Seigneur des Ténèbres" "Attends une minute... Si ça c’est la rate, c’est quoi (...)

lire la suite de l'article